ENTRETIEN AVEC STÉPHAN MILHAU

“LE CAUE A OUVERT LES ÉLÈVES SUR LE POUVOIR DE L'ARCHITECTURE”

Stéphan Milhau est directeur de la SEGPA du collège Jean Vilar à Grigny

Stéphan Milhau, directeur de la SEGPA du collège Jean Vilar, Grigny
Stéphan Milhau, directeur de la SEGPA du collège Jean Vilar, Grigny © CAUE 91

Le Contexte

Avec Collèges en chantier, les élèves ont travaillé avec des architectes pour concevoir et réaliser le réaménagement de l'espace de restauration.

Comment a démarré le projet “Collèges en chantier” de votre côté?
Stéphan Milhau : Au sein de la SEGPA, nous disposons de deux plateaux techniques de découverte professionnelle : l’un “habitat bâtiment”, l’autre “hygiène et alimentation”. J’avais un projet pour notre salle de restaurant pédagogique, afin de faire évoluer ce lieu en lui ajoutant des fonctions de réunions et/ou d’espace de travail partagé. A l’écoute de l’expression de nos besoins, Mme Blondine Boursiquot, du Conseil Départemental, nous a proposé de travailler avec le CAUE.

Vous ne connaissiez pas le CAUE…
Stéphan Milhau :
Non, pas du tout. Mais quand j’ai entendu le mot « architecte », j’ai tout de suite vu un moyen pour les élèves d’approcher un domaine d’excellence. Les échanges qui allaient pouvoir en découler les tireraient vers le haut. Ils n’ont pas souvent l’occasion de côtoyer des gens qui ont fait beaucoup d’études. Les modèles de réussite qu’on peut leur proposer ne sont pas toujours les bons (joueurs de foot…).

Les élèves ont réagi comment ?
Stéphan Milhau :
Sur la réserve au départ, les élèves ne semblaient pas emballés. C’est normal car ce qui peut les caractériser, c’est qu’ils n’ont pas, ou très peu de représentations des choses extérieures. ­Certains ne sortent pas de leur quartier. Il faut donc le plus souvent possible leur faire découvrir de nouvelles formations, de nouveaux métiers afin de faire naître des projets d’orientation.

Comment l’action s'est-elle passée ?
Stéphan Milhau : Une partie des élèves avaient déjà ­repeint la salle. Cette action s'est donc construite sur quelque chose qu’eux avaient déjà fait. Ça leur a montré qu'ils peuvent peser sur les choses, donc peut-être sur leur avenir. ­Ensuite, le CAUE a été très efficace : ce qui a été pensé a été réalisé. Le projet est clos, avec un début et une fin.
C’est exactement ce qu’il faut pour les élèves, ça leur apprend à aller au bout des choses. Surtout, tout au long de cet atelier, ils ont travaillé avec des architectes. Dans le niveau d’échanges, dans la projection qu’ils peuvent faire, c’est extrêmement positif. Ils ont pu voir dans l'architecture un moyen d’améliorer le quotidien, qu'on peut changer son cadre de vie dans un ­projet global, et avec des efforts.
Le travail avec le CAUE s’intègre dans le projet pluridisciplinaire que nous menons. Certaines orientations, notamment vers des CAP ou des Bac pro des métiers du bâtiment, ont pu être évoquées. On montre des possibles pour permettre des choix aux élèves.

Un mot pour terminer ?
Stéphan Milhau :
Ce projet a fait prendre conscience aux élèves que l’architecture est un moyen de prendre le pouvoir sur son cadre de vie, et donc de permettre d’améliorer le quotidien. Cette action ­pédagogique s'inscrit dans une logique de plus en plus participative de la citoyenneté, c'est très positif. 

separateur

INFORMATIONS

Entretien réalisé en Décembre 2020

separateur

GALERIE D’IMAGES

separateur

SUR LE MÊME SUJET

"Collèges en chantier" à Grigny - saison 1
CAUE 91
separateur

MANIFESTATIONS À VENIR

separateur
separateur