Synthèse de l’atelier - Le SRCE, c’est quoi au juste ?

Atelier du 16 février 2016 "La trame verte et bleue et vous..."

Les questions, réflexions que les participants ont partagé avec nous dans le cadre de l’atelier.

4 questions, une fiche-réponse par question.


Question 1 :

Pour vous la trame verte et bleue c’est une question de …

Quatre thématiques :

• Une question d’aménagement du territoire : la TVB est un outil d’aménagement au service de l’environnement

- une traduction concrète de la prise en compte de l’environnement. Exemple : « Une traduction concrète, inscrite dans le territoire de proximité, de la prise en compte de l’environnement. »
-
permet d’envisager la nature et l’écologie dans les projets urbains
- permet de mettre en avant les qualités paysagères d’une commune et liées à la biodiversité. Exemple : « La TVB est un moyen de créer des continuités écologiques mais également de parcours le long d’une rivière, au sein d’un bois et d’une forêt. C’est également un outil pour promouvoir / mettre en avant les qualités paysagères d’une commune auprès des habitants, de faire vivre les espaces naturels d’une commune. »
 

• Outil au service de la biodiversité associé au paysage :

- favoriser la circulation faune – flore (corridors, réseaux adaptés à la circulation des espèces)
- mélange et associe différents milieux (eau, forêt, agriculture)
- présente des milieux en mouvement. Exemple : « Environnement en mouvement. »
 

• Une question de société : permet d’imaginer un territoire plus résilient en prenant en compte toute la population pour arriver à un équilibre -> enjeu = l’avenir de la planète.
 

• Une question de changement de regard sur la nature (question du sale/propre), implique donc aussi une question de connaissance. Exemple : « C’est une question de regard : apprendre à voir les potentiels « verts » ou « bleus », changer de regard sur le « propre » / le « sale ». »

 

Question 2 :

Racontez une expérience réussie / une envie de projet intégrant la biodiversité / un élément de nature qui valorise votre commune. Comment ? Pourquoi ?

Quatre thématiques dégagées :

• La dimension participative des projets entrepris : les habitants sont associés aux projets ou sont même à l’origine des projets. Exemple : « Valorisation des délaissés et trottoirs enherbés, associant les habitants et permettant de diffuser des méthodes d’entretien des espaces verts respectueuses de l’environnement. » ; « Le souhait d’habitants de s’occuper de la gestion des pieds d’arbres sur le trottoir devant chez eux. »


-> sensibilisation de la part des décideurs
-> demande habitante de se reconnecter à leur milieu de vie (potagers, circuits-courts)

- questions soulevées pour la suite : à quel moment associer les habitants de ma commune pour construire une trame verte et bleue la plus efficiente possible (acceptée, respectée) ? comment les associer ?
 

• La dimension patrimoniale : relative à la nature (espèces patrimoniales, propres à un milieu) ou au paysage, éléments qui révèlent l’identité du territoire par ses habitants. Réappropriation de ces éléments par les habitants à travers leur restauration ou préservation. Exemple : « Reconquête d’une friche industrielle préservant à la fois l’histoire du site tout en conservant et valorisant sa richesse faunistique et floristique. En ouvrant le site au public après aménagement, cet espace a permis aux habitants de prendre conscience de leur patrimoine. »

-> aspect multifonctionnel de la TVB

- questions soulevées pour la suite : comment repérer ces éléments patrimoniaux ou susceptibles d’être des marqueurs identitaires de mon territoire ? comment les intégrer dans un projet plus global ?
 

• L’entrée sur le projet par la biodiversité pure : la préservation d’espèces, la restauration de milieu … a permis de révéler autre chose, les projets ont par la suite pris une autre dimension que celle pour laquelle ils étaient initialement programmé. Exemple : « La présence d’une espèce rare d’amphibien dans la commune valorise celle-ci. Des aménagements pour sa préservation ont été planifiés par la mairie. Un événement sportif accueillant plusieurs milliers de personnes en a même fait son emblème. »

-> créer des conditions de projet permettant de se laisser surprendre par la tournure des évènements, l’appropriation des habitants.

- questions soulevées pour la suite : ?
 

• Gouvernance : les projets en question ici n’ont pu être réalisés ou construits (depuis l’idée originale) uniquement grâce à un dialogue entre les différentes parties concernées, que ce soit avec la société civile ou un dialogue institutionnel intercommunal afin de dépasser les limites communales pour se plaquer sur des limites écologiquement cohérentes. Exemple : « Prise en compte de la biodiversité à l’échelle d’un bassin versant grâce à l’intercommunalité mise en place pour gérer une rivière, l’Orge. »

-> créer les conditions du dialogue.

 

Question 3 :

Racontez une expérience manquée intégrant la biodiversité / un élément de nature qui a une mauvaise image dans votre commune ou qui pose problème. Pourquoi ?

Les points positifs soulevés précédemment peuvent à l’inverse représenter des obstacles.
Ici cinq thématiques ont été relevées :

• Le problème de la gouvernance : exemple d’un projet inabouti à cause d’un dialogue entre acteurs conflictuel. Exemple : « Un projet de réflexion intercommunal de réaménagement et de changement de gestion sur un espace vert en cœur de ville qui n’a jamais abouti par manque de communication avec l’équipe communale. »

 

• Problème de méthodologie : état de la connaissance trop faible sur certains territoires, manque d’outils adéquats pour mettre en œuvre la TVB (comment faire appliquer la TVB sur des parcelles privées ?) … Exemple : « Pas d’expérience manquée mais de nombreuses non abouties par manque de données de connaissance. »

 

• Problème dû à des réglementations contradictoires : comment faire cohabiter différentes réglementations ? (ex : l’éclairage nocturne qui nuit à la biodiversité mais éclairage qui permet aux femmes de se sentir plus en sécurité la nuit (pour une augmentation de l’appropriation des espaces publics par les femmes), ou encore les règlementations pour les aires de jeu pour enfants qui nécessitent un recouvrement totalement imperméable …). Exemple : « Impossibilité d’installer des noues végétales dans un espace vert public par crainte d’accidents. »

 

• Problème de perception et d’acceptabilité : les images véhiculées types friches = espaces « sales », donc non respectés qui peuvent devenir des décharges publics. Exemple : « Le centre-bourg est laissé à l’abandon, le bassin de rétention n’est pas suffisamment entretenu et cet espace est de moins en moins « respecté » par les habitants. »

 

• Tension urbanisation / projets économiques et préoccupations environnementales, les premiers prenant souvent le dessus sur les secondes. Exemple : « La difficulté de prendre en compte les éléments de nature dans les projets d’aménagement quand ils sont en concurrence avec la pression urbaine. »

 

Question 4 :

Une question, sur les continuités écologiques en général, sur le SRCE, sur mon projet ?

• Sur le document lui-même et sa traduction dans les documents d’urbanisme :

- temporalité de l’intégration du SRCE. Exemple : « Le SRCE sera-t-il mis à jour et à quelle échéance ? »
- seuil intéressant / pression foncière
- comment interpréter les « flèches » du SRCE ? Exemple : « Comment traduire sur notre document d’urbanisme les « flèches » de continuités écologiques du SDRIF ? »

 

• Qu’est-ce qu'on entend par continuité ?

- est-ce qu’une continuité spatiale implique une continuité écologique ?
- comment concilier les différents usages / les différentes espèces ?
 

• Comment mobiliser les intervenants aux différentes échelles ?

- territoire administratif, espace ayant une cohérence écologique
 

• Comment mobiliser les habitants ?

- modification des pratiques. Exemple : « Comment sensibiliser les riverains de petits cours d’eau pour modifier leurs pratiques (accès aux berges, rejets dans les cours d’eau, végétalisation …) »
- connaissance de la biodiversité
 

• Comment trouver les compétences pour les petites communes ? (naturaliste). Exemple : « Comment avoir une compétence naturaliste dans les petites communes pour élaborer un diagnostic pour le PLU ? comment mutualiser ? »

 


 

Vous avez toujours la possibilité de vous inscrire pour les 2 autres ateliers en remplissant le formulaire suivant

 
 

Galerie d’images

Documents à télécharger

Partager